Accueil
 
NOTRE ASSOCIATION
 
CONGRES SMF 2014
 
Programme SMC 2018
 
nos activités 2018
 
PARC NATIONAL
 
Paysages forestiers
 
Eaux calmes et eaux vives
 
Marais tufeux
 
Vallée de l'Aube, pays d'abbayes
 
Habitat
 
FLEURS RARES
 
QUELQUES PAPILLONS ET CHENILLES
 
CHAMPIGNONS
 
Agarics
 
Amanites
 
Bolets
 
Cortinaires
 
Inocybes
 
Russules
 
Lactaires
 
Lépiotes
 
Tricholomes
 
Polypores
 
Morilles
 
Chanterelles
 
Clavaires
 
Divers
 
MYXOMYCETES
 
Pézizes
 
Test
 
 
Tricholomes  
     

 

TRICHOLOMES

Par M.G Poillotte

Le genre Tricholoma appartient à un vaste ensemble d’espèces assez variées : l’ordre des Tricholomatales.

Les tricholomes sont des champignons de forme classique, avec une silhouette trapue au chapeau généralement convexe, quelquefois conique.

Le stipe est souvent cylindrique, épais et nu avec quelques exceptions : annelé chez Tricholoma cingulatum ou armillé chez Tricholoma caligulatum, une espèce méridionale.

Les lames sont horizontales, adnées, échancrées.

Les sporées sont blanches ou très pâles comme les lames.

La couleur du chapeau varie du blanc (Tricholoma album), au gris (Tricholoma terreum), au jaune (Tricholoma equestre), à l’orangé (Tricholoma aurantium), au marron (Tricholoma fracticum), et au vert (Tricholoma sejunctum).

Le revêtement peut-être sec (Tricholoma virgatum) ou visqueux (Tricholoma ustaloides), lisse (Tricholoma colombetta) ou squamuleux (Tricholoma vaccinum).

La chair est blanche (quelquefois jaune), de saveur douce, farineuse ou amère. Certains tricholomes ont une odeur très forte : poivre, savon, gaz d’éclairage…

On compte une centaine d’espèces de ce genre tricholoma. La plupart vivent en symbiose avec une ou plusieurs espèces d’arbres.

Plusieurs tricholomes sont comestibles comme Tr. Colombetta et Tr. Terreum ; trois sont dangereux : le Tricholome tigré ou Tr. Pardinum que l’on trouve en montagne et qui est connu depuis longtemps pour sa toxicité et depuis quelques années, les Tricholomes equestre et auratum, qui ont acquis une mauvaise réputation de tueurs. Soyons donc prudents avec ce genre.

GENRES PROCHES

Nous ne citerons que ceux que nous rencontrons régulièrement dans notre région et dont vous pourrez consulter les photos dans l’onglet « DIVERS ».

Genre Tricholomopsis : nous observons régulièrement chaque année en automne, sur souches ou brindilles de conifères, Tricholomopsis rutilans aux belles couleurs jaunes et purpurines et Tricholomopsis decora aux teintes jaunes plus ternes.

Genre Clitocybe : un genre important qui contient plus d’une centaine d’espèces au chapeau souvent en entonnoir, aux lames fines et décurrentes ou subdécurrentes. Leur chair peut être très parfumée : farine, anis, carpe, poulailler…Des espèces sont comestibles comme Clitocybe geotropa et Clitocybe nébularis (attention à ce dernier qui est quelquefois mal supporté !), mais il faut se méfier des petits clitocybes blancs dont plusieurs sont toxiques.

Genre Armillaria : seulement quelques espèces, mais parmi elles, certainement les plus dangereux destructeurs de nos arbres forestiers ou fruitiers. Leur mycelium se présente sous forme de longs cordons brun-noir que l’on peut facilement détacher des troncs ou des écorces d’arbres morts ou mourants. Citons le très connu Armillaria mellea.

Genre Melanoleuca : quelques espèces assez difficiles à déterminer, au chapeau plat, légèrement mamelonné, de couleur sombre ainsi que le pied ; couleur qui contraste avec celle des lames très blanches et très serrées. Nous récoltons assez régulièrement : Mélanoleuca melaleuca plutôt sous résineux et M. grammopodia.

Genre  Lyophyllum : avec Lyophyllum leucophaetum, L. decastes, L. connatum… des espèces robustes, souvent en touffes et dont la chair peut bleuir puis noircir.

Genre Calocybe : un groupe très restreint mais dans lequel nous trouvons le très recherché Tricholome de la Saint-Georges ou Calocybe gambosa et les deux petits mais très colorés Calocybe chrysenteron jaune et Calocybe ionides violet foncé.

Genre Lepista : connues et recherchées surtout dans nos prairies (exemptes d’engrais), ce sont des espèces à silhouette banale de champignon, aux couleurs beige-grisâtre, lilacin, bleuâtre ou violet foncé et aux sporées roses. Presque tous ces champignons sont comestibles, même réputés, mais il faut faire attention de ne pas les confondre avec les clitocybes blancs toxiques.

Genre Laccaria : une petite dizaine d’espèces connues pour ce genre, parmi lesquelles Laccaria laccata beige rosé et Laccaria amethystea violet améthyste vif devenant presque blanc en séchant. Ce sont des petits champignons à silhouette de clitocybe au long pied dont les lames sont épaisses et espacées. Classés comme comestibles, ils sont peu récoltés ; il en faudrait beaucoup pour faire un plat.

Genres Marasmius, Collybia et Mycena : trois genres et plus de deux cents espèces qui appartiennent à l’ordre des Tricholomatales et qui méritent une étude à part entière. Signalons cependant que ce sont des espèces pour la plupart peu charnues, fragiles, sans intérêt culinaire excepté le faux mousseron ou Marasmius oreades. Les Marasmes ont deux particularités : ils se dessèchent sans pourrir et leur pied peut être tordu plusieurs fois sans se briser.

 

    
© 2018