Accueil
 
NOTRE ASSOCIATION
 
CONGRES SMF 2014
 
Programme SMC 2018
 
nos activités 2018
 
PARC NATIONAL
 
Paysages forestiers
 
Eaux calmes et eaux vives
 
Marais tufeux
 
Vallée de l'Aube, pays d'abbayes
 
Habitat
 
FLEURS RARES
 
QUELQUES PAPILLONS ET CHENILLES
 
CHAMPIGNONS
 
Agarics
 
Amanites
 
Bolets
 
Cortinaires
 
Inocybes
 
Russules
 
Lactaires
 
Lépiotes
 
Tricholomes
 
Polypores
 
Morilles
 
Chanterelles
 
Clavaires
 
Divers
 
MYXOMYCETES
 
Pézizes
 
Test
 
 
Marais tufeux  

 

                              Le marais de pente du Creux du parc à Busseaut (Côte d'Or) - Privé.

                                           LES MARAIS TUFEUX DU PLATEAU DE LANGRES

                                                               Par Jean Marie Royer

 

 Les particularités physiques (géologie, altitude) et climatiques de nombreux vallons du Plateau de Langres

 et du Châtillonnais (Haute-Marne et Cote d’Or) ont favorisé le développement de marais tufeux qui figurent

 parmi les plus typiques et les plus  nombreux de France, une centaine étant dénombrés dans ce secteur

 géographique. Ce type de milieu, caractérisé par un dépôt actif de carbonate de calcium constituant le tuf, est

 rare en France et surtout localisé aux régions calcaires des montagnes et du nord-est.

 

 Les marais tufeux se trouvent en amont des vallons, au niveau des marnes à Ostrea accuminata, là où

 sourdent les nombreuses sources de la nappe phréatique emprisonnée dans les épais calcaires du plateau.

 Cette nappe est très puissante, puisqu’au cours des étés les plus secs (1976, 1989, 2003), les marais sont

 restés mouillés tout au long de l’été. Les marais tufeux sont des marais minéraux dont le sol riche en

 concrétions calcaires est plus ou moins tourbeux. Les dépôts de tuf affectent différentes formesallant du tuf

 pulvérulent à la tufière bien constituée.

 

 Le climat du secteur est de type transition, marqué à la fois par les influences atlantiques et continentales,

 avec des précipitations abondantes, de 880 à 1000 mm annuels, et des températures relativement basses.  

 L’éminent botaniste P. Fournier, auteur des Quatre Flores de France, qui termina sa vie au coeur du

 Plateau de Langres à Poinson-les-Grancey, écrivait en 1936 qu’il gèle dans les vallons tufeux au moins une

 fois par mois, y compris en juillet et en août.

                 

 Une quinzaine d’associations végétales sont recensées, la plus caractéristique et la mieux représentée étant la

 parvocariçaie-schoenaie à Carex davalliana et Schoenus x-intermedius. La flore, très riche, comprend de

 nombreuses espèces montagnardes, comme Swertia perennis, Carex davalliana, Dactylorhiza traunsteineri

 et centreuropéennes comme Schoenus ferrugineus, espèces rares ou disparues ailleurs dans la plaine française.

 Certaines espèces en forte raréfaction en France en dehors des montagnes présentent ici des populations

 nombreuses et en bon état, notamment Epipactis palustris, Ranunculus polyanthemoides, Galium boreale,

 Gentiana pneumonanthe ou Eriophorum latifolium.

 

 La faune présente les mêmes intérêts que la flore, avec des Insectes à tendance montagnarde, souvent rares

 en France, comme Cordulegaster boltonii, Cordulagaster bidentatus, Coenonympha tullia. Des Mollusques

 peu fréquents ont été recensés récemment, dont Platyla dupuyi, Vertigo moulinsiana, Vertigo angustior,

 Vallonia enniensis. L’écrevisse à pattes blanches est un hôte régulier des ruisselets qui traversent ces marais.

 

 Il s’agit souvent de marais de pente constituant des enclaves intraforestières de dimension réduite, générale-

 ment comprise entre 1 et 4 hectares. La limite séparant marais et forêt correspond à la ligne des sources

 et suintements. Au sein du marais, les dépôts de tuf asphyxient les racines des arbustes et des arbres,

 empêchant leur développement. Lorsque le marais tufeux n’est pas perturbé par le drainage et l’enrésinement,

 seules ses marges sont envahies de broussailles. Ces marais sont considérés comme semi primitifs, dans le

 sens où ils ont été peu modifiés par l’action humaine. Cette dernière fût autrefois réduite à un pâturage

 extensif, notamment bovin, et à une fauche occasionnelle, notamment pour la récolte de litière. Ainsi la plupart

 des marais ont fait l’objet, dans le passé, d’une utilisation extensive abandonnée progressivement entre les

 deux guerres ou au plus tard vers 1950.

 

                                                                                                               

 

       Le marais tufeux du Moulin de Saint-Germain  à Saint-Germain-le-Rocheux (Côte d'Or)  - Privé.

 

© 2018